Code ViveJanvier : -10€ par boîte dès la 2ème boîte mise au panier.

Caviar : taclons quelques idées reçues

Le caviar, c’est l’or noir venu d’Iran ou de la Volga, c’est un mets de Tsar, c’est un mets de Shah, de star ou de gangsta. Et puis ça coûte un bras. Ce n’est pas pour moi.

C’est vrai, le caviar on s’en fait tout un plat. Et pourtant, il n’y a pas de quoi.

On est en 2020, c’est fou. Le caviar n’est plus tabou.

Quand nous en parlons autour de nous, Ce sont souvent les mêmes vieilles idées reçues qui continuent de ressortir. Nous avons aussi fait une étude en ligne. Pareil. Même résultat.

Alors tordons le cou aux idées reçues !

 


Idée reçue 1 : Le caviar c’est pour l’élite

Pas forcément.

Le caviar c’est un produit cher - plus de 1500€ le kilo pour les premiers prix.

Mais il faut se souvenir que les poissons doivent être élevés plusieurs années avant de produire des oeufs - 20 ans pour le Beluga !


Alors nous avons pensé à des offres permettant à toutes les bourses de découvrir et d’apprécier le caviar :

 

Idée reçue 2 : le caviar, ça vient de Russie

NON. C’est vrai que la Russie et l’Iran avait la main mise sur le caviar issu d’esturgeons sauvages. Mais ils ont tardé à prendre le train de la pisciculture.

 

On retrouve désormais les esturgeons de la mer caspienne dans des bassins aux quatre coins du monde. Que ce soit les esturgeons sibériens, qui produisent le caviar Baerii, et les esturgeons russes qui produisent l’Osciètre. Chez Le Caviariste nous nous fournissons auprès de fermes d’élevage en Pologne et en France. Et pour le Beluga en Bulgarie. 

 

Enfin avec l’élevage, de nouveaux acteurs ont pris le devant de la scène : la France est le troisième producteur mondial de caviar, derrière l’Italie, seconde et la Chine. Les élevages chinois produisent d’ailleurs un caviar d’esturgeons endémiques du fleuve Amour, réputé auprès des chefs étoilés et que nous vendons sous le nom de Schrenka - le nom latin est à coucher dehors.

 

Idée reçue 3 : le caviar ça goute le poisson et c’est salé

 

Pour paraphraser Cyrano, dire que le caviar, c’est iodé, c’est salé. C’est un peu court.

 

Oui, le caviar est un peu salé : le sel est en fait ajouté à la fabrication pour le conserver et en faire ressortir les saveurs.

Le caviar c’est iodé aussi, légèrement mais l’esturgeon est un poisson d’eau douce principalement.

Mais surtout, les saveurs du caviar sont bien plus subtiles et complexes :

Et ces saveurs ne se développent pas de la même façon : elles explosent entre la langue et le palais pour le Schrenka. Alors que l’Osciètre a une incroyable longueur en bouche.

Et c’est sans parler des textures qui varient en fonction de la taille et de la fermeté des grains.

Enfin les couleurs, ne me lancez pas sur les couleurs. Elles vont d’un noir d’ébène pour le baerii à l’ambre pour le Schrenka. Et du gris argent pour le Beluga à un moiré doré pour l’Osciètre.

 

Idée reçue 4 : c’est pour les grandes occasions 

Le caviar, c’est vrai, c’est magnifique pour les fêtes, avec des amis et en famille.

Mais pas besoin d’un dîner guindé pour se faire plaisir. Le caviar convient à des moments de partage et de convivialité, surtout quand one le déguste à la royale, c’est à dire à même la peau sur le dos de la main.

Et le caviar, c’est aussi génial pour un petit brunch surprise en amoureux, un pique-nique entre amis. Laissez parler votre créativité !

 

Idée reçue 5 : il faut aller dans une boutique

En dehors des fêtes de fin d’année, on ne trouve pas de caviar à moins de se rendre dans une boutique spécialisée. Mais avec internet, on peut commander et se faire livrer chez soi, tout simplement.

Le Caviariste a été conçu pour le consommateur du 21ème siècle :

  • Commande très facile en ligne
  • Livraison à l’adresse de votre choix avec Chronopost Fresh

 

En conclusion : il n’y a plus de tabou et le caviar a beaucoup changé. Ce n’est plus une folie, c’est tout au plus un petit grain de folie.